The Mule

36483847_TheMule_PA

Em tempo de quarentena pude recuperar o meu atraso sobre a lista de filmes que tinha para ver.

Hoje vi The Mule de Clint Eastwood, uma espécie de road movie sobre um idoso de 89 anos que começa a trabalhar para a máfia. Earl é um veterano carrancudo do velho oeste, trabalhou como motorista e passou mais tempo na estrada e com os amigos que com a própria família. Pois, já não fala com a filha há doze anos, furiosa de ter tido um pai ausente. Este, está numa fase difícil, vai ser despejado da sua casa e só lhe resta a sua carrinha e alguns pertences. Numa festa de família onde tenta aproximar-se da sua neta, um convidado dá-lhe um cartão de visita e pergunta-lhe se quer acabar com os problemas financeiros e ajuda-la. Earl aceita sem saber bem o que é, mas de qualquer forma não tem nada a perder. O idoso vai tornar-se a mula mais bem-sucedida de um cartel mexicano, até que a situação se complica.

Adoro Clint Eastwood, não só porque me faz lembrar o meu avô paterno, mas pelo seu ilustre percurso. Não sou muito fã do princípio da sua carreira (nos westerns ou até como inspetor) que estudei na universidade e que os meus professores falavam como uma referência de genros. Contudo, desde os anos 2000 tenho seguido à risca os seus filmes. Todos, inteligentes, delicados e concebidos de forma arrojada. Admira-me como uma pessoa de 89 anos pode ser tão prolífica, realizando e participando nas suas obras. Fico completamente rendida pelo seu jogo de ator, muitas vezes um velho orgulhoso e teimoso com valores “americanos”. O seu andar despreocupado, a maneira de falar, sem papas na língua cativam-nos e as emoções que ele consegue passar unicamente pelo olhar arrepiam-nos. Ele que tem um olhar tão doce e melancólico. Além disso, apresenta sempre um tema ou uma controvérsia que nos levam a refletir.

No filme The Mule, Eastwood faz-nos rir, mas também nos comove, com a história de um pai arrependido que tenta redimir-se. Além disso, o filme é também muito atual porque trata dos cartéis nos Estados Unidos e denuncia o problema dos veteranos reformados. Milhares de homens que sacrificaram a família e a vida pela pátria e que ao ficar velhos não têm dinheiro para sobreviver. São esquecidos porque o país já não precisa deles. Claro que a solução que Earl encontra para fazer dinheiro é um pouco excessiva, mas a história é tirada de fatos reais.

Por isso, recomendo este filme, bem como os anteriores de Eastwood, porque passamos realmente um bom momento e fica sempre uma proposta de reflexão para o espetador.

france-flag-clipart The Mule

En cette période de quarantaine, j’ai pu rattraper mon retard sur la liste des films que je voulais voir.

Aujourd’hui, j’ai donc assisté à The Mule de Clint Eastwood, une sorte de road-movie sur un homme de 89 ans qui commence à travailler pour la mafia. Earl est un vétéran grincheux du Old West, il a travaillé comme chauffeur et a passé plus de temps sur la route et avec ses amis qu’avec sa propre famille. En effet, sa fille ne lui parle plus depuis douze ans, furieuse d’avoir eu un père absent. Il est désormais dans une phase difficile, il va être expulsé de sa maison et il ne lui reste que sa camionnette remplie de quelques affaires. Lors d’une fête où il essaie de se rapprocher de sa petite-fille, un invité lui remet une carte de visite et lui demande s’il veut résoudre ses problèmes financiers et aider celle-ci. Earl accepte sans bien savoir ce que c’est, mais de toute façon il n’a rien à perdre. Le vieil homme va devenir Tata, la mule à succès d’un cartel mexicain, jusqu’à ce que la situation se complique.

J’adore Clint Eastwood, non seulement parce qu’il me rappelle mon grand-père paternel, mais aussi en raison de son illustre carrière. Je ne suis pas une grande fan de ses débuts (dans les westerns, ni même en inspecteur) que j’ai étudiés à l’université et dont mes professeurs parlaient comme d’une référence de genres. Cependant, depuis l’année 2000, je ne rate aucun de ses films. Tous, intelligents, délicats et conçus avec justesse. Je suis épatée de voir comment une personne de 89 ans peut être aussi prolifique, et à la fois réaliser et jouer dans ses œuvres. Je suis complètement fascinée par son jeu d’acteur, souvent un vieil homme orgueilleux et têtu avec des valeurs « américaines ». Sa démarche nonchalante, son franc-parler nous captivent mais les émotions qu’il réussit à communiquer par son regard nous donnent des frissons. Un regard à la fois doux et mélancolique. De plus, il nous propose toujours un thème ou une polémique et nous amène à y réfléchir.

Dans The Mule, Eastwood nous fait rire, mais nous émeut également, avec cette histoire de père brisé qui tente de se racheter. De plus, le film traite du thème très actuel des cartels aux États-Unis et dénonce la condition des vétérans à la retraite. Des milliers d’hommes qui ont sacrifié leur famille et leur vie pour leur pays et qui en vieillissant n’ont pas assez d’argent pour vivre. Ils sont oubliés parce que le pays n’a plus besoin d’eux. Bien sûr, la solution qu’a trouvée Earl pour gagner de l’argent est un peu excessive, mais l’histoire est tirée de faits réels.

C’est pourquoi je conseille vivement ce film, ainsi que les précédents d’Eastwood, car nous passons à chaque fois un bon moment et qu’il y a toujours une proposition de réflexion pour le spectateur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s